Le Parchemin Magnifique: Opuscule V : Les Cuisses par Luc Bigé

Le Parchemin Magnifique: Opuscule V : Les Cuisses

Titre de livre: Le Parchemin Magnifique: Opuscule V : Les Cuisses

Éditeur: Réenchanter le Monde

Auteur: Luc Bigé


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Luc Bigé avec Le Parchemin Magnifique: Opuscule V : Les Cuisses

Lors de la grande bataille des genoux l’idéalisme métaphysique abstrait des pieds et des chevilles céda enfin devant les nécessités vivantes du désir amoureux et de la prière pour espérer le sacré (dans la remontée) et l’intimité du couple (dans la descente). À partir de la « cuisse », les personnages mythologiques n’ont plus les os brisés. Ulysse est blessé à la jambe par un sanglier sauvage et Zeus a la jambe fendue pour héberger le futur Dionysos. L'organe est l'espace biologique qui parle de la paternité et de la reconnaissance sociale, le symbole de l’engagement du maître envers son l’élève ou du père reconnaissant son fils. C’est aussi le moment où, pour la première fois, la personne explore en conscience le monde du mystère. Elle n’a parfois pas le choix : la blessure incurable et la colère nées dans les genoux taraudent tellement que cela devient une question de vie ou de mort. Quant au fémur, il est femme. Cet os est entièrement dédié au féminin et à son développement dans la conscience du sujet : l'écoute de son âme, sa capacité à donner et à se donner, le développement de la pensée symbolique, la confiance dans son intuition et dans ses instincts. Cet accomplissement est grandement facilité lorsque la difficile bataille des genoux est gagnée. La volonté d’ego s’efface comme une ombre à l’orée d’un monde si vaste et si mystérieux que la seule raison raisonnante ne peut plus s’y agripper sans glisser. Dans le cas contraire, les élans d’amour, la force de la joie et de la colère mêlés serviront un moi affamé de reconnaissance et de puissance au risque de la folie des grandeurs.

Livres connexes

Lors de la grande bataille des genoux l’idéalisme métaphysique abstrait des pieds et des chevilles céda enfin devant les nécessités vivantes du désir amoureux et de la prière pour espérer le sacré (dans la remontée) et l’intimité du couple (dans la descente). À partir de la « cuisse », les personnages mythologiques n’ont plus les os brisés. Ulysse est blessé à la jambe par un sanglier sauvage et Zeus a la jambe fendue pour héberger le futur Dionysos. L'organe est l'espace biologique qui parle de la paternité et de la reconnaissance sociale, le symbole de l’engagement du maître envers son l’élève ou du père reconnaissant son fils. C’est aussi le moment où, pour la première fois, la personne explore en conscience le monde du mystère. Elle n’a parfois pas le choix : la blessure incurable et la colère nées dans les genoux taraudent tellement que cela devient une question de vie ou de mort. Quant au fémur, il est femme. Cet os est entièrement dédié au féminin et à son développement dans la conscience du sujet : l'écoute de son âme, sa capacité à donner et à se donner, le développement de la pensée symbolique, la confiance dans son intuition et dans ses instincts. Cet accomplissement est grandement facilité lorsque la difficile bataille des genoux est gagnée. La volonté d’ego s’efface comme une ombre à l’orée d’un monde si vaste et si mystérieux que la seule raison raisonnante ne peut plus s’y agripper sans glisser. Dans le cas contraire, les élans d’amour, la force de la joie et de la colère mêlés serviront un moi affamé de reconnaissance et de puissance au risque de la folie des grandeurs.Lors de la grande bataille des genoux l’idéalisme métaphysique abstrait des pieds et des chevilles céda enfin devant les nécessités vivantes du désir amoureux et de la prière pour espérer le sacré (dans la remontée) et l’intimité du couple (dans la descente). À partir de la « cuisse », les personnages mythologiques n’ont plus les os brisés. Ulysse est blessé à la jambe par un sanglier sauvage et Zeus a la jambe fendue pour héberger le futur Dionysos. L'organe est l'espace biologique qui parle de la paternité et de la reconnaissance sociale, le symbole de l’engagement du maître envers son l’élève ou du père reconnaissant son fils. C’est aussi le moment où, pour la première fois, la personne explore en conscience le monde du mystère. Elle n’a parfois pas le choix : la blessure incurable et la colère nées dans les genoux taraudent tellement que cela devient une question de vie ou de mort. Quant au fémur, il est femme. Cet os est entièrement dédié au féminin et à son développement dans la conscience du sujet : l'écoute de son âme, sa capacité à donner et à se donner, le développement de la pensée symbolique, la confiance dans son intuition et dans ses instincts. Cet accomplissement est grandement facilité lorsque la difficile bataille des genoux est gagnée. La volonté d’ego s’efface comme une ombre à l’orée d’un monde si vaste et si mystérieux que la seule raison raisonnante ne peut plus s’y agripper sans glisser. Dans le cas contraire, les élans d’amour, la force de la joie et de la colère mêlés serviront un moi affamé de reconnaissance et de puissance au risque de la folie des grandeurs.